Comment faire seule un voyage à vélo quand on est une femme ?

Quelle est la première difficulté pour partir seule ? Tout simplement, les remarques des proches ! Les éternelles craintes concernant la gente féminine… Et pourtant, la confiance apporte la confiance. Allez, dites-vous que ces appréhensions autour de vous vont vous permettre d’être encore plus suivie et soutenue distance, par mail, par Internet.

Pourquoi partir seule quand on est une femme ?

La famille, les amis seront rassurés par des récits réguliers. Et après tout, que pourrait-il vous arriver de pire ailleurs qui ne pourrait survenir ici ? Alors, lancez-vous ! Avant de partir, lors de la préparation du voyage, quelle que soit sa durée et sa destination, une question se pose. Pourquoi partez-vous ? Pourquoi partez-vous seule ? Avoir les réponses (et en être convaincue) est la base d’un voyage solo réussi. La volonté permet de sortir de nombreuses situations. Et la solitude n’est que rarement pesante si elle est sciemment choisie. Seules, même les plus timides apprennent à oser. Oser demander l’hospitalité, oser demander un coup de main, oser se raconter… Et ainsi se découvrir, se connaitre dans des situations inconnues. Quant à la forme physique, la musculation des cuisses et des mollets, pas de souci, cela viendra au fur et mesure. Il suffit de s’écouter et d’avancer son rythme.

Le choix des pays est à étudier parfaitement…

Le respect pour être reçu doit être donné. Tenez-vous impérativement à visiter tel pays instable politiquement, ou tel autre forte culture musulmane ? Le cas échéant pensez à vous couvrir les bras et les jambes. Au Mali par exemple, vous doublerez des femmes entièrement voilées, alors portez des vêtements manches longues malgré la chaleur. Il suffit d’être à l’écoute des mœurs du pays et d’avoir les vêtements nécessaires pour couvrir son cuissard et cacher ses membres. Ce conseil s’avère également bien utile contre les piqûres de moustiques ou autres bestioles. Au cours d’un périple à vélo, il est intéressant d’avoir des contacts sur place dans les pays traversés. Vous apprécierez la sécurité et la chaleur d’une connaissance, à l’aise dans le contexte local, et qui vous attendra, notamment dans les grandes villes. Il est également recommandé selon la destination de se rendre au consulat français et de préciser son itinéraire, au moins dans les grandes lignes, ainsi que son planning en annonçant bien que le voyage s’effectue en solo, au féminin !

Ne pas négliger la mécanique

Pas besoin d’être un as de la mécanique du deux-roues pour se lancer dans un périple, mais savoir changer un pneu et quelques connaissances de base s’avèrent indispensables, particulièrement quand la crevaison a lieu en pleine zone désertique. Il sera nécessaire de bien connaître l’ensemble de son vélo si on choisit un vélo avec assistance électrique. L’intendance est bien supérieure à celle d’un vélo classique. Les points de recharge pour la batterie doivent être programmés et les magasins qui seraient susceptibles d’avoir des pièces de rechange identifiés.

Ni les obligations féminines ?

Vous trouverez dans toutes les grandes villes des serviettes hygiéniques et autres nécessités féminines, même s’il faut parfois faire quelques réserves pour les endroits moins fréquentés. Donc pas de souci de ce côté. En revanche, il faut être prête à ne pas être pimpante tous les jours ! Malgré tout, on peut toujours trouver un moyen de se laver au quotidien dans l’intimité. Dans les lieux urbains, les toilettes d’un fast-food, d’un bar peuvent faire l’affaire. En milieu rural, une rivière, un puits conviendront. Et lors d’un voyage au long cours, vous apprendrez vite à vous laver entièrement avec le simple contenu d’une bouteille d’eau ! Pour les célibataires… une alliance peut toujours servir ! Ainsi équipées, les routes du monde vous attendent, mesdames ! Il n’y a plus d’inconvénient à voyager seule que seul.

Il faut impérativement respecter la culture des pays traversés

Certes la relation aux hommes peut parfois poser des problèmes. Mais si vous respectez les codes culturels du pays traversé, les difficultés devraient s’envoler. Nous avons abordé la question de la tenue vestimentaire. Il ne faut pas non plus, ceci est valable pour tout voyageur dans des pays dits du Sud, attirer les gens par une démonstration de richesse. Dans certains pays, le prix de votre vélo équivaut à un an de salaire !

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.