Quels sont les plus beaux sentiers ?

Pas de meilleure période que l’été pour découvrir les splendides paysages et les sites culturels que l’on trouve aux quatre coins du pays. Voici les plus beaux itinéraires à sillonner, un bâton de marche en main.

La France compte plus de 60.000 kilomètres de sentiers de randonnée adaptés à tous les types de marcheurs.

Les sentiers de Grande Randonnée (GR) sont le meilleur moyen de trouver un itinéraire adapté à ses envies. Balisés, sécurisés ils représentent une distance cumulée de plus de 60.000 kilomètres. Autant d’itinéraires sur lesquels on peut s’aventurer pour quelques heures, quelques jours ou durant plusieurs semaines, selon le temps dont on dispose et la forme physique dans laquelle on se trouve.

Les plus belles randonnées pour les amateurs de culture

La Fédération Française de Randonnée Terrestre propose des « topo-guides » pour chaque GR. Ils sont assortis de conseils pratiques sur l’équipement nécessaire et listent les points d’hébergements ainsi que les gites. Les temps de marche indiqués dans ces guides sont basés sur une moyenne de 4 km/heure.

De 15 jours à 2 mois de marche, voici comment vivre des heures inoubliables en Corse, dans les Alpes ou dans les Pyrénées à condition d’avoir du souffle et de bons jarrets.Réservé aux marcheurs chevronnés, le GR20 de Corse est un parcours légendaire. Il suit l’arête montagneuse de la Corse du Nord au Sud. Le parcours s’étale sur 200 kilomètres, soit environ 15 jours de randonnée.

Le GR20 est réputé pour la diversité de ses paysages. Il démarre à Calinzana, près de Calvi et se termine à Conca, au nord de Porto-Vecchio. Un vrai cinémascope ! Le GR longe des forêts, des reliefs granitiques, des sommets enneigés, des lacs glaciaires, des torrents, du maquis… Pont branlant, falaises abruptes et 13.000 mètres de dénivelés garantissent de bonnes poussées d’adrénaline.

Le GR 5 est une autre randonnée mythique surnommée la « Grande traversée des Alpes ». La ballade démarre sur les rives du lac Léman et s’achève à Nice après 600 kilomètres de marche. Traversées des parcs de la Vanoise, du Queyras et du Mercantour, sommets enneigés, alpages savoyards, lacs, épaisses forêts : la partie française est considérée comme le plus beau tronçon du parcours du fait de la diversité de ses paysages, de la richesse de la flore et de la faune sauvage : bouquetin, loup, etc.

Aussi appelé « Traversée des Pyrénées », le GR10 conduit le randonneur de Hendaye à Banyuls, d’un océan à une mer. Toutes les régions des Pyrénées Atlantiques et Orientales sont traversées. Alternant vallées, sommets et cols, ce parcours de 1100 kilomètres nécessite d’être en forme puisqu’il faut environ 2 mois pour l’arpenter. Il est possible de n’en effectuer qu’une partie, par exemple celle qui traverse les Pyrénées orientales. Dans les odeurs de bruyère, on accède alors au sommet du mont Canigou, d’où l’on domine les 4 points cardinaux d’une hauteur de 2784 mètres en étant parfois survolés par de grands gypaètes barbus… Le rêve !

Les plus belles randonnées pour les amateurs de culture

Des vitraux de Pierre Soulages au tombeau de Merlin l’enchanteur sans oublier le sentier que l’écrivain RL Stevenson emprunta à travers les Cévennes, certains GR mènent au cœur de la culture.

Envie de parcourir le chemin conduisant au gigantesque encensoir qui se balance, d’un transept à l’autre, au-dessus de la tête des fidèles dans l’église de Saint-Jacques-de-Compostelle ? Le GR65 vous mènera déjà du Puy-en-Velay (Haute-Loire) à Saint-Jean-Pied-de-port pour sa partie française. Longue de 750 kilomètres, la « via Podiensis » est l’une des 4 voies jacquaires menant vers la capitale de la Galice. Pour les randonneurs ne souhaitant effectuer qu’une fraction du trajet, celle située en Aveyron est un coin de paradis. On y chemine à travers les beaux villages et la douceur de la Vallée du Lot. Long de 100 kilomètres, le GR est jalonné par plusieurs perles architecturales, dont Saint-Côme-d’Olt, un bourg médiéval, classé parmi les plus beaux villages de France et l’abbatiale de Conques où l’on peut admirer les vitraux de l’artiste local Pierre Soulages.

Emprunter le GR70, c’est suivre les pas de Robert Louis Stevenson, l’auteur de l’île au Trésor. L’écrivain (1850-1894) a 28 ans lorsqu’il se lance dans périple de 252 kilomètres à travers les Cévennes en compagnie de son ânesse Modestine pour oublier un chagrin d’amour. Ce trajet demande une quinzaine de jours. Il chemine du Puy-en-Velay à Alès, des plateaux volcaniques du Velay et des hautes terres du Gévaudan aux vignes du Languedoc. Pour que l’illusion soit parfaite, les randonneurs peuvent faire transporter leurs affaires à dos d’âne !

Si vous rêvez de rencontrer Merlin l’enchanteur et la fée Viviane, c’est sur le GR 37 qu’il faut vous engager. Ce sentier de 214 kilomètres se parcourt en 11 étapes de 16 à 24 kilomètres. Traversant la Bretagne d’est en ouest, il relie Vitré à Douarnenez et se termine dans l’épaisse forêt de Brocéliande. Des milliers de visiteurs s’y rendent chaque année pour solliciter l’aide bienveillante de Merlin dont le tombeau est signalé par 3 grandes dalles de schiste rouge…

Peu connu, le GR 11 (650 kilomètres), découpé en étapes de quelques kilomètres, décrit une ample boucle autour de Paris. En l’empruntant, on peut découvrir le riche patrimoine artistique du Vexin, de Chantilly, de Senlis, etc. A ne pas manquer : la ville fortifiée de Provins, ou encore le château de Chantilly.

Les plus belles randonnées de France pour les épicuriens

Marcher avec la perspective de terminer l’étape autour d’une bonne table peut donner des ailes. Du GR 34, au GR21 sillonnant le long le littoral normand sans oublier le sentier des moines trappistes, voilà comment trouver la voie de la sérénité.

Finir de longues heures de marche de récupération autour d’une bonne table après avoir trempé les pieds dans l’eau de mer, c’est ce que permet le GR34. Aussi, appelé « sentier des Douaniers », il fait le tour de la Bretagne.

Côte du Goëlo, presqu’île de Crozon, Golfe du Morbihan, Côte d’Emeraude… Long de 1800 kilomètres, le GR est découpé en tronçons ou l’on coupe à travers bruyères et landes arides, sur des falaises escarpées, à l’aplomb de criques profondes. Les soirées d’étape se terminent dans des bourgs situés en bord de littoral. On peut y déguster des fruits de mer ou des crêpes arrosés d’un petit muscadet de pays pour un prix raisonnable.

Sur une autre partie du littoral, le GR 21 et ses 91 kilomètres de long permettent d’aller du Havre au Tréport (Seine-Maritime) en arpentant un sentier entrecoupé par des falaises de calcaire et de petits ports où les marins ramènent la pêche du jour. Si l’on a peu de temps, l’étape entre Etretat et Fécamp (17 kilomètres) permet d’admirer la mer depuis la falaise d’Amont (75 m d’altitude), de faire un détour par le ravissant village d’Yport et de finir le périple avec une part de tarte aux pommes arrosée de « frênette », un cidre de frêne local.

Pour ceux prêts à faire un petit détour par la Belgique, le GR des abbayes de Wallonie, long de 290 kilomètres, permet de passer de l’enfer au paradis. Le but est de partir à la découverte des bières trappistes de Chimay, Rochefort et Orval. L’idéal pour se rafraîchir après avoir admiré les hérons cendrés, les cigognes noires et les castors européens que l’on trouve encore nombreux dans le sud du plat pays.

Source

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.